Ce site est
référencé sur le
Top Chrétien Francophone
 


Message radiophonique enregistré le jeudi 14 décembre 2006 pour RFO (Réseau France Outre-mer) - Diffusion le dimanche 17 décembre 2006
Jean-Marc MONTOUT

Une naissance programmée

Bonjour chers auditeurs ! Le mois dernier, nous avions évoqué ensemble notre désir d’être unique, d’être considéré et aimé pour ce que nous sommes. Nous avons été encouragé parce que Jésus-Christ est pour nous un soutien de poids. Nous avions évoqué sa naissance.

Puisque Noël approche à grands pas, j’aimerais vous proposer de méditer de nouveau les circonstances de sa naissance miraculeuse.
Plusieurs pensent que ce n’est qu’un conte, une légende pour les petits-enfants.

Je voudrais vous montrer, que ce n’est pas le cas, mais au contraire, que la naissance de Jésus-Christ obéit à une logique implacable et s’inscrit dans le plan divin.

Un mystère

Je concède que nous parlons d’éléments qui, de prime abord, échappent à notre compréhension, à notre logique. Nous parlons de miracle, mieux de mystère. Attention ! Le mot mystère désigne tout simplement une réalité que notre raison a du mal à appréhender tout de suite, elle parvient à le faire à force de persévérance. C’est le même cheminement pour certaines découvertes scientifiques.

I P 1. 10-12 le décrit très bien : Les prophètes ont fait des recherches et des investigations au sujet de ce salut, et ils ont prophétisé à propos du don que Dieu vous destinait. Ils s’efforçaient de découvrir à quelle époque et à quelles circonstances se rapportaient les indications données par l’Esprit du Christ (…) Dieu révéla aux prophètes que le message dont ils étaient chargés n’était pas pour eux-mêmes, mais pour vous. (…) Et les anges eux-mêmes désirent le connaître.

Ce miracle, probablement l’un des plus difficiles à accepter, est un nouveau signe de la puissance créatrice de Dieu. Le Tout-Puissant veut nous montrer qu’il œuvre à une nouvelle création, à un nouvel Adam. Dieu se prépare une nouvelle famille. Le Christ sera le premier-né d’une multitude de frères et de sœurs. La prière qu’il apprend à ses disciples – le Notre Père – prend ici tout son sens !

Une précision

Tout d’abord, il me semble important d’apporter une précision.Plusieurs parlent de naissance virginale pour indiquer que Jésus est né d’une vierge. Pour nous, il semble plus juste de parler de conception virginale : Jésus a été conçu sans l’intervention d’un homme et si Marie est restée vierge c’est du fait de la décision de Joseph. La Bible déclare en effet : Quand Joseph se réveilla, il agit comme l’ange du Seigneur le lui avait ordonné, et prit Marie comme épouse. Mais il n’eut pas de relations avec elle jusqu’à ce qu’elle ait mis au monde son fils, que Joseph appela Jésus. Mt 1.24-25
Nous croyons donc que Marie a repris ensuite le cours d’une vie de famille normale … et qu’elle a eu d’autres enfants avec Joseph, ils seront bien les frères et les sœurs de Jésus.

Une programmation parfaite

Je vous le disais, la naissance de Jésus s’inscrit dans le plan de Dieu.
Ce plan a été annoncé longtemps à l’avance près de 700 ans avant Jésus-Christ, nous lisons ce verset surprenant dans le livre du prophète Esaïe : 7.14 Eh bien, le Seigneur vous donne lui-même un signe : la jeune femme va être enceinte et mettre au monde un fils. Elle le nommera Emmanuel, « Dieu avec nous ».

Ce plan est minutieux, il obéit à un timing rigoureux comme le constate l’apôtre Paul, ce grand érudit : (…) quand le moment fixé est arrivé, Dieu a envoyé son Fils : il est né d’une femme et il a été soumis à la loi juive, afin de délivrer ceux qui étaient soumis à la loi, et de nous permettre ainsi de devenir enfants de Dieu. Gal 4.4-5

Relevons quelques éléments. La naissance de Jésus a lieu à une époque de tensions religieuses internes en Judée. Il y a aussi des tensions dans la région, beaucoup attendaient un libérateur politique et le rétablissement du Royaume d’Israël. Cette situation équivoque sera mise à profit par Jésus. Le contexte historique, connu sous le nom de Pax Romana, avec toute la logistique romaine se prêtait à la propagation du message de l’Evangile.

Ce plan a pour but de nous sauver

Chers auditeurs, gardons à la pensée que l’incarnation, ce plan de Dieu a pour unique but de nous sauver.

Il fallait, tout d’abord, un médiateur qui soit un point de contact parfait entre les deux parties. Or par l’incarnation, Jésus-Christ est à la fois pleinement homme et pleinement Dieu.

De plus, il fallait – conformément à la loi – qu’il prenne la place des hommes et paye le prix de la désobéissance. C’est pour cela qu’il est né d’une femme et qu’il a été soumis à la loi.

Il fallait également, qu’il soit le représentant de Dieu pour les hommes.

Deux textes illustrent ces exigences. Rm 8.3 Dieu a accompli ce qui était impossible pour la loi de Moïse, parce que la faiblesse humaine la rendait impuissante : pour enlever le péché, il l’a condamné dans la nature humaine en envoyant son propre Fils vivre dans une condition semblable à celle de l’homme pécheur.

L’autre texte rapporte une discussion entre les disciples et le Christ : « Seigneur, montre-nous le Père et nous serons satisfaits. » Jésus lui répondit : « Il y a si longtemps que je suis avec vous et tu ne me connais pas encore, Philippe ? Celui qui m’a vu a vu le Père. (…) Ne crois-tu pas que je vis dans le Père et que le Père vit en moi ? Les paroles que je vous dis à tous ne viennent pas de moi. C’est le Père qui demeure en moi qui accomplit ses propres œuvres » Jn 14.8

Conclusion

Chers auditeurs, je crois que l’incarnation est l’un des plus grands miracles que Dieu ait réalisés.

Je crois que la conception virginale de Jésus-Christ, même si elle n’entre pas dans les cadres de notre logique, de notre entendement, est un des événements les plus porteurs pour nous.

C’est la réalisation publique du plan de Dieu ! Ce plan est planifié et exécuté avec minutie pour nous sauver.

Cela ne me fait rien d’être considéré comme pécheur, puisque Dieu a pris la décision et a tout mis en œuvre pour régler ce problème.

Chers auditeurs, puissions-nous en cette époque de réjouissance et de « chanté Noël » méditer la grandeur de Dieu et de son amour qu’il a déployé en Jésus-Christ.
Permettez-moi de vous souhaiter de Joyeuses Fêtes. Pas d’abus et prudence sur la route.

A bientôt

Jean-Marc MONTOUT

 

ARCHIVES
Une acclamation spontanée
L'espérance est en Christ
L'Esprit de l'action
Apprendre à remercier
Noël : signe ou réalité
Jésus n'a pas honte de moi
Acquitté au tribunal de Dieu
Jésus propose un vrai CPE
Jusqu'au bout !
Au delà de l'échec
Nos plans et le plan de Dieu
Présumé coupable
La foi n'est pas fataliste
Unique

 

© UEMPEM 2005 - Webmaster