Ce site est
référencé sur le
Top Chrétien Francophone
 


Message radiophonique enregistré le jeudi 13 juillet 2006 pour RFO (Réseau France Outre-mer) - Diffusion le dimanche 16 juillet 2006
Pasteur Jean-Marc MONTOUT

Au-delà de l'échec !

Introduction

Bonjour chers amis.

J’aurais tant souhaité partagé ce moment avec vous en d’autres circonstances. Mais pour certains d’entre nous la réalité est là, implacable !
C’est peut-être le temps des « si … » ou des « j’aurais dû … » ! Mais cela ne change rien.

Certains ont du mal à digérer les événements du 09 juillet. Nous savons à quel point le sport suscite des passions, crée des liens … surtout dans la victoire. C’est une véritable tragédie … et le bouc émissaire est tout trouvé !

Pour d’autres, ce n’est que du sport, parce qu’ils ont été confrontés à un échec. C’est pour eux c’est comme un vide … je ne vois pas mon nom sur la feuille de résultats.
Légitimement, la tension est plus grande : c’est leur avenir qui est plus sombre, ce sont tous leurs projets qui tombent à l’eau …

Dans leur malheur, certains peuvent s’estimer heureux, il faut recommencer …il leur faut se re-motiver.
D’autres sont obligés de chercher une nouvelle voie.

Je pensais particulièrement aux jeunes et à leurs examens, mais tout au long de la vie, l’échec est une donnée à prendre en compte.
Quoiqu’il en soit, bon courage à chacun.

J’ai été touché et encouragé par une méditation présentée par un ancien de mon assemblée et j’aimerais reprendre avec vous quelques points.

1  Un jour, Jésus se tenait au bord du lac de Génésareth et la foule se pressait autour de lui pour écouter la parole de Dieu.
2  Il vit deux barques près de la rive: les pêcheurs en étaient descendus et lavaient leurs filets.
3  Jésus monta dans l’une des barques, qui appartenait à Simon, et pria celui-ci de s’éloigner un peu du bord. Jésus s’assit dans la barque et se mit à donner son enseignement à la foule.
4  Quand il eut fini de parler, il dit à Simon: Avance plus loin, là où l’eau est profonde, puis, toi et tes compagnons, jetez vos filets pour pêcher.
5  Simon lui répondit: Maître, nous avons peiné toute la nuit sans rien prendre. Mais puisque tu me dis de le faire, je jetterai les filets.
6  Ils les jetèrent donc et prirent une si grande quantité de poissons que leurs filets commençaient à se déchirer.
Lc 5.1-6

Vous n’êtes pas un « vaut-rien »

Chers auditeurs, le premier élément qui attire mon attention est que Jésus rencontre Pierre, s’adresse à lui juste après un échec.

Nous imagions facilement que pour un marin pécheur, c’est décourageant, frustrant de passer toute une nuit en mer et de ne rien prendre. Dans le tableau de bord de sa petite entreprise, le bilan de la journée est négatif : il a investi et il n’a rien en retour.
On peut comprendre aussi qu’il soit touché dans son amour propre !

Vous l’avez peut-être constaté ! Le comportement de certains amis change : ils n’appellent plus aussi souvent, où ils vous évitent. C’est parfois par gêne, c’est parfois délibéré.
Tout cela n’encourage pas et de là qu’on se sente nul, il n’y a qu’un pas …

C’est à ce moment que Jésus aborde Pierre, c’est à ce moment qu’il lui demande aux yeux de tous de le laisser monter à bord et de s’éloigner du rivage pour s’adresser à la foule ! C’est le bateau de Pierre que Jésus choisit ! Quel honneur ! Quelle fierté !

Aux yeux de Jésus, Pierre n’est pas un nul et je voudrais vous dire aussi que vous n’êtes pas un nul parce que vous avez eu un échec !

Dans ce domaine, vous n’avez pas de bons résultats, mais dans d’autres domaines vous êtes au top !
Vous avez échoué, c’est un moment difficile à passer, à surmonter, mais votre valeur n’est pas remise en cause.

Il n’est jamais trop tard !

Revoyons la séquence de cet épisode.
Pierre a péché toute la nuit, en vain !
Alors qu’il nettoie son bateau Jésus lui demande de l’amener sur l’eau.
Pierre entend tout le discours de Jésus.
Enfin Jésus lui demande de jeter ses filets dans l’eau.
Sa réponse est pleine de bon sens : nous avons peiné toute la nuit sans rien prendre.
Malgré tout, Pierre le fait et s’ensuit une pêche miraculeuse !

Ceci nous enseigne qu’avec le Christ, il n’est jamais trop tard !

On peut le dire autrement : avec Christ, il est trop tôt pour s’avouer vaincu !

Il y a une phrase qui nous induit probablement en erreur : « Dieu donne le succès ». Nous pensons à la limite que Dieu fera tout pour nous.
Je crois qu’il serait plus juste de dire comme en Jos 1.8 : tu mèneras à bien tes projets et ils réussiront.

Revenons à notre récit et répondons à une série de questions bien simples : Qui a jeté les filets ? C’est Pierre ! Qui a remonté les filets ? C’est Pierre ! Qui a eu du mal à les remonter et a demandé de l’aide ? C’est encore Pierre ! A qui Pierre a-t-il demandé de l’aide ? A Jésus ? Non ! A des confrères !

Finalement, Pierre a lavé ses filets … non pas pour les remiser mais pour les réutiliser de suite. En quelque sorte, il était touché mais pas abattu et Jésus-Christ l’a encouragé.

Tout ceci pour rétablir les choses : Dieu ne le fera pas pour nous, mais ses indications seront une aide précieuse pour nous.
Je ne peux pas vous garantir le succès à tous les coups : cela dépend de vous – de vos efforts, de votre définition du succès – et du plan de Dieu.
En fait ce dont nous parlons est une question de foi.

Pierre ne connaissait pas Jésus

D’ici, j’entends la remarque Pierre avait la foi, il connaissait Jésus!

Je pense, au contraire, qu’il a fait un acte de foi : il a en quelque sorte découvert Jésus et lui a fait confiance.

Soyons clair, pendant une épreuve, après un échec nous sommes particulièrement vulnérables. Il ne faut pas céder au désespoir et saisir la première perche tendue.
Je vous rappelle que Pierre a écouté attentivement l’enseignement de Jésus – il était aux premières loges … Ce n’est qu’après cet examen critique qu’il a décidé de faire confiance à Jésus.

C’est très important : avoir la foi ce n’est pas se bercer d’illusions, ce n’est pas non plus une démission de la raison. C’est la décision de faire confiance à Dieu et à ce qu’il dit.
En ce sens Pierre a eu une démarche de foi.

Que ferons-nous ?

Chers auditeurs, savez-vous que l’échec nous permet d’avancer !

Le petit enfant lorsqu’il apprend à marcher commence par tomber. Mais il se relève et recommence. Quelqu’un a pu dire que le succès c’est simplement se relever une fois de plus ! Constatons que c’est que Jésus a fait avec Pierre. Au petit matin, alors que tout était perdu, il lui a demandé une nouvelle fois de jeter ses filets.

Vous avez entendu parler de ces sportifs ou hommes d’affaires qui reconnaissent avoir bâti leur succès, leur réussite dans l’échec. Ils ont su en tirer des enseignements. Ils se sont fixé des objectifs et ils se sont imposé une discipline.


Conclusion

Chers auditeurs, de façon générale, je voudrais vous encourager à ne pas rester sur une mauvaise note, sur un échec.

Je ne vous demande pas de faire comme s’il ne s’était rien passé ! Il faut, au contraire, prendre son temps, tirer des leçons de cette expérience, et regarder vers l’avenir.

De façon particulière, je voudrais vous rappeler que Jésus vous aime de façon vraie et concrète. Je pense pouvoir dire qu’il ne vous garantit par le succès à tous les coups, mais il vous promet de vous diriger vers la réussite.

Puissions-nous comme Pierre écouter attentivement son enseignement, mettre ses conseils en pratique, et voir nos filets remplis.

Une dernière chose avant de vous laisser ! Ne faites pas comme ces gens qui appellent à l’aide lorsqu’ils ont des problèmes et vous oublient lorsque les choses s’arrangent ! Je vous fais remarquer que lorsque Pierre a constaté que ces filets étaient bien remplis, il a appelé des collègues et a partagé avec eux le fruit de cette pêche.

Sur ce, bon courage et que Dieu vous aide à mener à bien vos projets.

A bientôt !

 

Jean-Marc MONTOUT

 

ARCHIVES
Méditation du mois
Une acclamation spontanée
L'espérance est en Christ
L'Esprit de l'action
Apprendre à remercier
Noël : signe ou réalité
Jésus n'a pas honte de moi
Acquitté au tribunal de Dieu
Jésus propose un vrai CPE
Jusqu'au bout !
Nos plans et le plan de Dieu
Présumé coupable
La foi n'est pas fataliste
Unique

 

© UEMPEM 2005 - Webmaster