Ce site est
référencé sur le
Top Chrétien Francophone
 


Message radiophonique enregistré le jeudi 13 avril 2006 pour RFO (Réseau France Outre-mer) - Diffusion le dimanche 16 avril 2006
Pasteur Jean-Marc MONTOUT

Un vrai CPE

Introduction

Bonjour chers auditeurs. Je suis heureux de vous retrouver ce matin !

Vous le savez, nous sommes dans la période de Pâques, il me semble intéressant de revoir avec vous la portée et l’efficacité du sacrifice de Christ.

En effet, par sa mort à la croix et sa résurrection, Jésus-Christ nous apporte le salut.
J’aimerais vous citer un texte de l’Ecriture : Rm 5.7-10 :
7 C’est difficilement qu’on accepterait de mourir pour un homme droit. Quelqu’un aurait peut-être le courage de mourir pour un homme de bien.
8  Mais Dieu nous a prouvé à quel point il nous aime: le Christ est mort pour nous alors que nous étions encore pécheurs.
9  Par son sacrifice, nous sommes maintenant rendus justes devant Dieu; à plus forte raison serons-nous sauvés par lui de la colère de Dieu.
10  Nous étions les ennemis de Dieu, mais il nous a réconciliés avec lui par la mort de son Fils.

Maintenant que les choses semblent se calmer un peu, j’ai envie de vous dire que Jésus-Christ vous propose un vrai CPE.
Pendant les manifestations, plusieurs proposaient leurs définitions de ces trois lettres. Aujourd’hui, j’aimerais vous en proposer une nouvelle.
Jésus-Christ nous propose un vrai CPE : un contrat pour l’éternité !

Le salut est un contrat

Je voudrais vous rappeler que le salut est aussi un contrat. La Bible emploie volontiers le terme d’alliance ! Lorsque Jésus institue la Cène, il déclare, en leur donnant la coupe :
Buvez-en tous, car ceci est mon sang, le sang qui garantit l’alliance de Dieu et qui est versé pour une multitude de gens, pour le pardon des péchés. Mt 26.27-28

Le salut est une alliance, un contrat entre deux parties : Dieu et chacun de nous.

Permettez-moi d’insister sur ce point ! Tout au long de sa vie Jésus a eu une attention particulière, une réponse adaptée à chaque personne qu’il croisait. Tout au long de sa terrible agonie sur la croix, il a pensé à chacun de nous de façon particulière et avec amour.

Le salut qu’offre Jésus-Christ est en fait une réconciliation. La désobéissance originelle a été, pour reprendre une expression connue, « pomme de discorde ». Entre Dieu et l’humanité, c’est la séparation totale. L’Écriture le déclare: Il n’y a pas d’homme juste, pas même un seul, il n’y a personne qui comprenne, personne qui recherche Dieu. Tous ont quitté le bon chemin, ensemble ils se sont égarés. Il n’y a personne qui fasse le bien, pas même un seul. Rm 3.10-12
Mais si cette situation convient à certains d’entre nous, Dieu ne peut s’en contenter. Il prend l’initiative ! Reprenons le verset que nous avons entendu en introduction : Mais Dieu nous a prouvé à quel point il nous aime: le Christ est mort pour nous alors que nous étions encore pécheurs.
Nous étions les ennemis de Dieu, mais il nous a réconciliés avec lui par la mort de son Fils.

L’autre dimanche, j’entendais sur cette antenne, un grand chanteur poser l’amour comme antidote à la violence. Il n’avait pas cantonné la notion de violence à l’agression verbale, aux actes physiques. Ce chanteur l’avait aussi vu dans nos relations parfois quotidienne. Allons plus loin, la relation homme-Dieu est teintée de violence mais par amour … Par amour, Dieu prend l’initiative et donne son fils Jésus-Christ sur la croix pour que nous soyons réconciliés. L’écriture le déclare : par le Christ, Dieu agissait pour réconcilier tous les humains avec lui, sans tenir compte de leurs fautes  II Co 5.19

Le salut est un contrat qui respecte des exigences juridiques ! La méthode que Dieu propose est conforme à la Loi qu’il a édictée. Les obligations des deux parties sont claires … il n’y a pas de clauses ni écrites en tout petit, ni cachées. Dieu a tout fait ! Avant de mourir, Jésus-Christ s’est écrié : « tout est accompli ». Nous, il nous reste qu’à l’accepter par la foi.

Le salut respecte l’égalité des chances

Chers auditeurs, le salut est un contrat qui respecte l’égalité des chances.
La sagesse populaire dit que nous sommes tous égaux devant la mort ! C’est bien l’image que la Bible utilise pour décrire la situation de l’homme sans Dieu.

A contrario le salut est présenté comme une nouvelle naissance. Jésus répondit à Nicodème : Oui, je te le déclare, c’est la vérité: personne ne peut voir le Royaume de Dieu s’il ne naît pas de nouveau. Jn 3.23

Nous ne pouvons strictement rien faire pour nous sauver : nos œuvres, nos relations, notre compte en banque sont totalement inutiles. Nous sommes totalement dépendants de la grâce !
Dieu ne fait pas de favoritisme : tout le monde a les même chances ! Chacun reçoit la même offre. En matière d’égalité des chances on ne peut rêver mieux !
C’est pour cette raison que l’Ecriture exhorte les chrétiens à travailler à l’égalité dans la communauté et dans la société.

Le salut n’est pas précaire

Chers auditeurs, je vous parlais d’un CPE : un contrat pour l’éternité. Ici pas de période d’essai, pas d’annulation sans motif. Dieu nous fait une proposition très longue durée ! Son objectif est de nous avoir avec lui pour l’éternité : ce que certains appellent le ciel.
Dieu veut une réconciliation durable avec chacun de nous. Jésus-Christ veut une vraie amitié qui se développe de jour en jour. Dans son dernier discours avant l’ascension, il nous donne cette confession précieuse : Je ne vous appelle plus serviteurs, parce que le serviteur ne sait pas ce que fait son maître. Je vous appelle amis, parce que je vous ai fait connaître tout ce que j’ai appris de mon Père. Jn 15.15

Un autre point important, ce contrat ne peut être rompu que par nous ! Oui, j’ai la certitude que rien ne peut nous séparer de son amour : ni la mort, ni la vie, ni les anges, ni d’autres autorités ou puissances célestes, ni le présent, ni l’avenir, ni les forces d’en haut, ni celles d’en bas, ni aucune autre chose créée, rien ne pourra jamais nous séparer de l’amour que Dieu nous a manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur. Rm 8.38-39

Le salut permet la progression

Je voudrais encore vous le rappeler, le salut est un contrat qui a des répercussions dans tous les domaines de notre vie. Nous savons bien que la qualité de notre vie dépend – pas totalement il est vrai – de notre emploi et de nos revenus.

Nous ne sommes pas sauvés pour vivre la tête dans les nuages. Nous ne le verrons à une autre occasion, c’est le message de l’Ascension : Jésus-Christ s’en va dans les cieux et nous nous restons sur terre. Nous nous faisons ce que notre main trouve à faire. Nous, nous œuvrons à la justice et à la paix parce que nous voulons donner à d’autres ce que nous avons reçu. Nous voulons appliquer le principe biblique fais pour les autres ce que tu voudrais qu’ils fassent pour toi.

Le salut parce qu’il est un contrat pour l’éternité, parce qu’il nous offre des perspectives d’avenir nouvelles, permet la progression spirituelle bien sûre mais aussi intellectuelle, économique et sociale.
Permettez-moi de saisir l’occasion et d’interroger ceux qui ont fait cette expérience de la foi : vivez-vous ces conséquences du salut ?

Conclusion

Chers auditeurs, je voudrais vous encourager, en cette période de Pâques, en cette période de commémoration de la passion du Christ et de sa résurrection à signer sans plus attendre votre CPE, votre contrat pour l’Eternité.
Je vous propose d’écouter un titre de Fax’7 : « Jésus ».
Joyeuses fêtes de Pâques et prudence sur la route.

 

Jean-Marc MONTOUT

 

ARCHIVES
Méditation du mois
Une acclamation spontanée
L'espérance est en Christ
L'Esprit de l'action
Apprendre à remercier
Noël : signe ou réalité
Jésus n'a pas honte de moi
Acquitté au tribunal de Dieu
Jusqu'au bout !
Au delà de l'échec
Présumé coupable
La foi n'est pas fataliste
Unique

 

© UEMPEM 2005 - Webmaster