Ce site est
référencé sur le
Top Chrétien Francophone
 


Message radiophonique enregistré le jeudi 17 novembre 2005 pour RFO (Réseau France Outre-mer) - Diffusion le dimanche 20 novembre 2005
Pasteur Jean-Marc MONTOUT
Sauf mention, toutes les citations sont tirées de la Bible du Semeur

Apprendre à remercier

Introduction

Bonjour chers auditeurs. C’est avec plaisir que je vous retrouve ce matin ! J’espère que tout va pour le mieux pour vous.

Thanksgiving aux USA

Jeudi prochain, le quatrième jeudi de novembre, il y a aura une grande fête aux Etats-Unis. Il paraît qu’elle y est plus importante que la Noël. C’est Thanksgiving. Le mot signifie remerciement, action de grâces.

Apprendre à remercier

Sans être pro américain et vouloir tout importer en Martinique, il me semble bien qu’il y là a un exemple à méditer, une leçon à tirer.
Je vous propose de le faire pour nous-mêmes. Il ne s’agit pas de s'arrêter simplement à la pratique des autres et de la transposer telle quelle. Non, il faut l’analyser et voir ce qu’il a de bien pour nous.
En fait, dans le cas présent, l’examen de cette fête devrait nous permettre de redécouvrir une vertu de notre société martiniquaise que nous avons oubliée.
Je voudrais vous encourager à apprendre ou réapprendre à remercier, à dire merci.
L’intérêt n’est pas seulement de le faire … parfois du bout des lèvres mais surtout d’avoir l’attitude qui convient.

1. Apprendre à remercier nos concitoyens

1.1 Civilité

Voyez-vous dire merci à quelqu’un pour un service rendu, un geste agréable ne coûte pas cher du tout … et cela rapporte beaucoup.

Il me semble que l’art du remerciement – lorsqu’il est vrai et sincère – est un puissant antidote à l’égoïsme, à la solitude, aux incivilités.
C’est dire de façon implicite que rien ne nous est dû. On n’est pas au sommet du monde, mais un citoyen parmi d’autres.

Je parlais d’un antidote à l’égoïsme. Remercier, c’est reconnaître l’autre, son existence, ses droits. C’est admettre, même le temps d’un geste ou d’une phrase, qu’il compte ! C’est le faire sortir de l’anonymat.

Tenez, je remarquais, lorsque j’étais plus jeune sur la route que l’on se remerciait lorsqu’on cédait le passage, ou que l’on indiquait qu’une portière était mal fermée. Maintenant, nous sommes blindés derrière nos lunettes noires ou nos vitres teintées qui nous dissimulent.

Lorsque nous remercions quelqu’un que nous connaissons pour le travail effectué, pour les bienfaits que cela nous a apporté, nous l’encourageons. Cela lui fait du bien à lui !  C’est particulièrement vrai lorsque la personne est payée pour ses actes. Je pense aux enseignants, à l’animateur des activités sportives et artistiques, aux infirmiers, aux policiers, aux pompiers.

L’autre jour, aux actualités on a parlé de l’enfer des urgences. Je me disais que la plus élémentaire courtoisie combinée à une dose de reconnaissance envers le personnel éviterait bien des problèmes.

Cela ne coûte pas cher, et de plus cela permet d'avoir de bonnes relations.

Il me semble important de relever un élément. Un merci ne nous diminue pas ! Avez-vous remarqué comment dans certains conflits de la vie quotidienne, certains transforment le remerciement avec ironie : « merci de m’avoir bousculé ».

Les remerciements sincères n’ont jamais diminué, ainsi rien ne nous empêche de remercier plus jeune que nous, les enfants par exemple.

1.2 Une éducation à donner

La reconnaissance est une valeur à transmettre. Par l’exemple d’abord. Et de façon volontaire par l’éducation.

2. Apprendre à remercier Dieu

Chers auditeurs, s’il est important de dire merci à nos concitoyens, il me semble qu’il est plus important d’être reconnaissant envers Dieu et de l’exprimer.

2.1. Préalable

En disant cela, je suis bien conscient qu’il y a des préalables que tous n’acceptent pas :

  • D’abord croire que Dieu existe !
  • Ensuite, croire que nous pouvons avoir une relation personnelle avec lui – nous croyons que Dieu n’est pas un assemblage de ferraille et de ciment, ou du bois taillé.
  • Nous croyons aussi que nous pouvons avoir une relation directe avec lui.
  • Puis, il faut croire que le Seigneur interfère le cours de l'histoire, des événements, en d’autres termes, il agit.
  • Enfin, il faut accepter que certaines choses sont hors de notre contrôle … et que nous avons besoin de son aide.

2.2. Une hygiène de vie

Ne croyez pas que je vous demande de vivre de façon naïve et béate ! Je sais bien que la vie est dure mais je vous encourage à adopter une hygiène de vie. Dites-moi, cela nous avance à quoi de nous asseoir et de nous lamenter ? Refuser de nous laisser accabler par les obstacles et l’opposition, discerner la main de Dieu, qui ne nous abandonne pas, nous aide à « positiver », à être optimistes.

Un de nos cantiques le dit si bien (Ailes de la Foi n°45) :

Quand le vol de la tempête
Vient assombrir ton ciel bleu,
Au lieu de baisser la tête,
Compte les bienfaits de Dieu.

Le prophète Jérémie a vécu une situation terrible ! Alors qu’il était en exil depuis de nombreuses années il a pu dire : Je suis errant et humilié; y penser est un amer poison pour moi. Je n’en peux rien oublier et je reste accablé. Mais voici ce que je veux me rappeler, voici ma raison d’espérer : Les bontés du Seigneur ne sont pas épuisées, il n’est pas au bout de son amour. Sa bonté se renouvelle chaque matin. Que ta fidélité est grande, Seigneur! Lamentations de Jérémie 3.19-23

Job qui a perdu ses biens matériels, ses enfants, la santé a ce mot célèbre : « Je suis sorti tout nu du ventre de ma mère, je retournerai nu au ventre de la terre. Le Seigneur a donné, le Seigneur a repris. Il faut continuer de remercier le Seigneur. »

2.3. Exemples

J’aimerais voir avez-vous quelques exemples. Qui sont l’expression de l’assurance que Dieu intervient dans notre quotidien, dans notre vie.

Le premier sujet de reconnaissance qui me vient à l’esprit, c’est le salut ! Tous les jours, dans les bons comme dans les mauvais moments, nous devrions remercier Dieu parce qu’il sauve. Chantez en l’honneur du Seigneur, remerciez-le d’être votre Dieu. Jour après jour annoncez qu’il est le Sauveur. Ps 96.2

Nous pouvons aussi remercier Dieu pour les bienfaits de la nature – vous avez certainement vu ce tableau célèbre de deux personnes priant dans un champ : intitulé l’Angélus. Ou lui dire notre reconnaissance pour le succès dans nos études et nos affaires.

Il faut aussi être reconnaissant pour une guérison ou un changement inespéré dans une situation. Comme David : je veux remercier l’unique vrai Dieu. Oui, je veux remercier le Seigneur sans oublier un seul de ses bienfaits. C’est lui qui pardonne toutes mes fautes, guérit toutes mes maladies, m’arrache à la tombe, me comble de tendresse et de bonté. Il remplit ma vie de bonheur, il me donne une nouvelle jeunesse; je suis comme l’aigle qui prend son vol. Ps 103.1-5

Beaucoup de croyants ont l’habitude de rendre grâces avant le repas. Même si nous avons la capacité financière, c’est témoigner que, finalement, c’est encore Dieu qui nous donne la possibilité de travailler.

C’est aussi suivre l’exemple de Christ. Puis il prit les sept pains et les poissons, remercia Dieu, les rompit et les donna à ses disciples, et les disciples les distribuèrent à tous. Mt 15.36.

Souvent nous oublions de remercier pour nos frères et sœurs … cela nous obligerait à ne pas voir que leur mauvais côté : Dès que Paul vit ses compagnons d’oeuvre, il remercia Dieu et se sentit encouragé. Ac 28.15

En tout cas, ne soyons pas des ingrats comme les 9 lépreux : Tandis que Jésus faisait route vers Jérusalem, il passa le long de la frontière qui sépare la Samarie et la Galilée. Il entrait dans un village quand dix lépreux vinrent à sa rencontre. Ils se tinrent à distance et se mirent à crier: Jésus, Maître, aie pitié de nous! Jésus les vit et leur dit: Allez vous faire examiner par les prêtres. Pendant qu’ils y allaient, ils furent guéris. L’un d’entre eux, quand il vit qu’il était guéri, revint sur ses pas en louant Dieu à haute voix. Il se jeta aux pieds de Jésus, le visage contre terre, et le remercia. Cet homme était Samaritain. Jésus dit alors: Tous les dix ont été guéris, n’est-ce pas? Où sont les neuf autres? Personne n’a-t-il pensé à revenir pour remercier Dieu, sinon cet étranger? Puis Jésus lui dit: Relève-toi et va; ta foi t’a sauvé. Lc 17.11-19

Conclusion

Chers auditeurs, j’aimerais vraiment que nous retrouvions ensemble une vertu de notre société martiniquaise. Pour utiliser une expression moderne, j’aimerais que nous soyons sympa les uns avec les autres. La reconnaissance, apprendre à dire merci y contribue beaucoup.

Permettez-moi avant d’aller plus loin de remercier le technicien/l’équipe de RFO qui contribue(nt) à cette émission. C’est leur boulot mais ils le font avec tant de disponibilité. Merci aussi à vous pour votre écoute.

Je voudrais vous encourager aussi dans votre quotidien heureux mais parfois malheureux à tourner les yeux vers notre Dieu avec reconnaissance.

Que Dieu vous bénisse !

 

Pasteur Jean-Marc MONTOUT.

 

ARCHIVES
Méditation du mois

Une acclamation spontanée

L'espérance est en Christ
L'Esprit de l'action
Noël : signe ou réalité
Jésus n'a pas honte de moi
Acquitté au tribunal de Dieu
Jésus propose un vrai CPE
Jusqu'au bout !
Au delà de l'échec
Nos plans et le plan de Dieu
Présumé coupable
La foi n'est pas fataliste
Unique

 

© UEMPEM 2005 - Webmaster