Ce site est
référencé sur le
Top Chrétien Francophone
 


Message radiophonique enregistré le jeudi 17 mars 2005 pour RFO (Réseau France Outre-mer) - Diffusion le dimanche 20 mars 2005
Pasteur Jean-Marc MONTOUT
Sauf mention, toutes les citations sont tirées de la Bible du Semeur

Une acclamation spontanée

Bonjour chers auditeurs.

Puisque aujourd'hui est le dimanche dit des Rameaux, je vous propose tout simplement de méditer sur le récit de l'entrée triomphale de Jésus à Jérusalem.

Je fais une lecture dans l'évangile selon Matthieu 26.1-11.

En approchant de Jérusalem, ils arrivèrent près du village de Bethphagé, sur le mont des Oliviers. Jésus envoya deux de ses disciples en leur disant - Allez dans le village qui se trouve là devant vous. Dès que vous y serez, vous trouverez une ânesse attachée et, près d'elle, son petit. Détachez-les et amenez-les moi.
Si quelqu'un vous fait une observation, vous n'aurez qu'à lui dire: "Le Seigneur en a besoin", et on vous les laissera prendre immédiatement.
Tout cela arriva pour que se réalise la prédiction du prophète :
Dites à la communauté de Sion: Voici ton Roi qui vient à toi; humble, il vient monté sur une ânesse, sur un ânon, le petit d'une bête de somme.
Les disciples partirent donc et suivirent les instructions de Jésus.
Ils amenèrent l'ânesse et son petit et posèrent sur eux leurs manteaux, et Jésus s'assit dessus.
Une grande foule de gens étendirent leurs manteaux sur le chemin. D'autres coupèrent des branches aux arbres et en jonchèrent le chemin.
Et toute la foule, de la tête à la fin du cortège, criait: Hosanna au Fils de David! Béni soit celui qui vient de la part du Seigneur! Hosanna à Dieu au plus haut des cieux!
Quand Jésus entra dans Jérusalem, toute la ville fut en émoi. Partout on demandait: -Qui est-ce?
Et la foule qui l'accompagnait répondait: - C'est Jésus le prophète, de Nazareth en Galilée.

1 - Une compréhension partielle

Avant d'entrer dans le vif du sujet, il nous faut régler un problème.

Le peuple - tant les disciples que les spectateurs et les habitants de Jérusalem - reconnaît qu'il se passe quelque chose d'extraordinaire !

En effet, il n'est pas habituel de voir quelqu'un se déplacer à dos d'ânon. Certains y reconnaissent la réalisation d'une prophétie d'Esaïe : Voici ton Roi qui vient à toi; humble, il vient monté sur une ânesse, sur un ânon, le petit d'une bête de somme.

Ils l'expriment par leur acclamations ! Hosanna au Fils de David! Béni soit celui qui vient de la part du Seigneur! Hosanna à Dieu au plus haut des cieux!

Jésus est bien de la lignée royale de David. La réalisation de la prophétie, les miracles qu'ils l'ont vu faire attestent qu'il vient bien de Dieu : maintenant, les choses vont changer !

Une grande émotion saisit la foule parce qu'ils sentent bien que le moment est unique, extraordinaire.

Toutefois malgré leurs acclamations la foule a une compréhension partielle de la personne de Jésus-Christ. Lorsqu'on demande ce qui se passe ici, lorsqu'on demande de mettre en mots ce que l'on ressent, ce que l'on fait, ils répondent : C'est Jésus le prophète, de Nazareth en Galilée  ! Or Jésus est plus que quelqu'un qui transmet les messages de Dieu ou qui accomplit des actes miraculeux. Jésus-Christ est bien plus qu'un prophète !

Nous pouvons anticiper ! Quelques jour plus tard, à Pâques, la foule, habilement manipulée, aura à choisir entre Jésus et un malfaiteur notoire. La manipulation s'appuiera sur cette compréhension partielle : Jésus-Christ est plus qu'un prophète, il est roi mais, difficulté supplémentaire, son royaume n'est pas de ce monde.

2 - Un roi humble

Souvenons-nous que l'annonce d'Esaïe le précisait : Voici ton Roi qui vient à toi  !

L'une des causes de cette mauvaise compréhension, c'est que c'est un roi humble qui se présente à l'entrée de Jérusalem. Tellement humble qu'il est sur le dos d'un ânon ! Tellement humble qu'il n'a comme cortège que ses disciples !

Jésus-Christ est un roi tellement humble que l'évangéliste ne lui attribue aucune parole.

C'est un roi qui accepte - sans corriger - l'acclamation, les honneurs de la foule.

Soyons réalistes : nous vivons comme une tension. D'un côté nous devons sans cesse repenser à la question que Jésus posait à ses disciples : « qui dites-vous que je suis ? ». De l'autre côté, nous savons bien que nous ne connaîtrons jamais Dieu totalement ou parfaitement.

Mais Dieu nous fait grâce !

3 - Une acclamation spontanée

Et quelles clameurs ! Quelle force, quelle générosité insoupçonnée dans un geste à priori si dérisoire que de jeter des vêtements sur le passage de Jésus comme si c'était un tapis rouge et de couper des branches pour former une haie d'honneur ! Pour des observateurs, cela pourrait passer pour une parodie. Pour les acteurs, c'est la marque de leur impuissance, de leur moyens dérisoires. Mais en fait, quelle leçon, ils nous donnent !

3.1 - Dieu agrée les actes même imparfaits

D'abord et c'est rassurant, Dieu est particulièrement sensible à l'action de grâce des petits, des enfants et des faibles !

Après sont entrée, à Jérusalem quand les chefs des prêtres et les spécialistes de la Loi virent les miracles extraordinaires qu'il venait d'accomplir, quand ils entendirent les cris des enfants dans la cour du Temple: "Hosanna au Fils de David!", ils se mirent en colère et lui dirent: -Tu entends ce qu'ils crient? -Parfaitement, leur répondit Jésus. Et vous, n'avez-vous donc jamais lu cette parole: De la bouche des tout petits et de celle des nourrissons, tu as su tirer ta louange. Mt 21.15-16

3.2 - Une émotion qui jaillit

Ce n'est pas que Dieu rejette la louange des puissants en tant que tels mais c'est la force de l'émotion et la simplicité qui est mise en avant.

Quand Jésus entra dans Jérusalem, toute la ville fut en émoi .

C'est tout notre être qui est impliqué dans notre relation avec Dieu : le corps et l'âme, l'intelligence comme les émotions.

3.3 -  Une sacralisation

Cette émotion qui jaillit du fond de l'être va balayer au moins deux barrières !

La première c'est que le sacré envahit le profane et s'invite dans le quotidien des gens.

Ce ne sont plus seulement les prêtres qui acclament Dieu - d'où leur jalousie - mais le privilège est accordé à chacun . dans leur relation avec le Christ.

Ce n'est plus dans un lieu précis que l'on peut remercier Dieu. On peut le reconnaître dans tous les aspects de notre vie : on peut voir sa main ici et là !

3.4 -  La créativité

La deuxième barrière qui tombe devant ce flot d'émotion c'est l'imitation, la répétition, la routine.

On ne se sert plus seulement des objets du culte pour honorer Dieu mais on peut en inventer de nouveaux. S'arrêter aux rameaux, et se contenter de reproduire l'événement tel quel c'est ne pas en saisir toute la portée.

Le peuple a acclamé Jésus avec ce qu'il avait à sa disposition. Le peuple a acclamé Jésus d'une façon toute nouvelle.

Ce texte réhabilite notre propre culture, il nous encourage à utiliser les moyens dont nous disposons, en un mot à faire preuve de créativité.

Conclusion

L'auteur de l'épître aux hébreux nous invite à nous approcher du trône de la grâce pour y trouver du secours. Cela est possible parce que, quelques que jours après le dimanche des rameaux, Jésus est mort et ressuscité.

Ajoutons une autre dimension que nous retrouvons dans la même épître : tels que nous sommes avec nos forces et nos faiblesses, avec notre culture et nos moyens, par Jésus, offrons donc en tout temps à Dieu un sacrifice de louange qui consiste à célébrer son nom. Hé 13.15.

Que Dieu vous bénisse !

Pasteur Jean-Marc MONTOUT.

 

ARCHIVES
Méditation du mois
L'espérance est en Christ
L'Esprit de l'action
Apprendre à remercier
Noël : signe ou réalité
Jésus n'a pas honte de moi
Acquitté au tribunal de Dieu
Jésus propose un vrai CPE
Jusqu'au bout !
Au delà de l'échec
Nos plans et le plan de Dieu
Présumé coupable
La foi n'est pas fataliste
Unique

 

© UEMPEM 2005 - Webmaster